Nos voyages intérieurs. Vers une renaissance au Japon

Nos voyages intérieurs. Vers une renaissance au Japon

26 mai 2019 0 Par Mélanie

Auteur : Claire Marca, Reno Marca
Éditeur : Flammarion
Parution française : 07/11/2018
ISBN : 9782081431010
Prix : 25€

La quatrième :

«Depuis toujours, nous avions tous deux voulu faire de la vie une marche sur un sentier pavé d’inconstances, d’expériences insolites, d’inconnu, en s’interdisant de la laisser devenir un jour monotone ou linéaire. À ce titre, le destin nous avait bien entendus. Au-delà même de nos plus folles espérances.»

À partir d’un voyage au Japon pensé comme une renaissance après un accident de vie, Claire et Reno Marca remontent le fil de leur extraordinaire parcours de voyageurs et nous proposent une plongée intime, universelle et poignante dans leur expérience.

Claire et Reno Marca sont respectivement auteure et dessinateur/photographe. Depuis 18 ans, ils s’aventurent de par le monde pour publier les récits illustrés de leurs nombreux voyages

Mon avis :
Découverte un peu tardive de ces voyageurs audacieux et prolifiques en termes de carnets… Ce livre est un mélange entre le carnet de voyage – voyage physique, visuel, voyage intérieur, mais aussi du voyage de vie. Très surprenant au premier abord. L’écriture de l’autrice est agréable, recherché, mais empreint de spontanéité. Il pourra peut-être déplaire, mais je lui trouve une vie et une énergie plaisantes. En tous cas, les émotions sont transmises. J’ai eu, à plusieurs reprises, un besoin de faire une pause de quelques minutes pour digérer ou laisser passer la submersion.

La première partie du carnet concerne le parcours commun de Claire et Reno, du constat de leur nature de nomades et du début des voyages, de leur amour du continent africain, du soleil, des découvertes fortuites qui les emmène ici et là, en créant des envies toujours plus fortes et obsédantes de voyages-découvertes. Le texte est abondant dans cette partie, et les illustrations semble principalement agrémenter ce dernier.
L’adversité, si on peut se contenter d’un mot si euphémiste, les frappera, une fois, deux fois, et leur enseignera à quel point notre capacité de résilience est forte. Et s’impose un besoin de calme, qui tranche avec leurs voyages précédents. Le Japon s’impose comme une évidence.

 

Et voilà ce voyage au Japon. Les textes se font rares, mais intenses. L’image prend toute sa place. On donne la parole à l’art, dont l’archipel semble être un pays de cocagne. Il le sera. Temples, sanctuaires, personnages croisés ici et là, rives de machiya à Kyoto, façades étroites.. le Japon, quand on ne parle pas japonais, devient un tout visuel et sensoriel. Nos sens sont sollicités, les dessins magnifiques et les mots se complètent pour donner un tableau vivant.

On y retrouve beaucoup de carpes, dans ce carnet. Animal symbolique s’il en est, c’est le seul qui a le courage de remonter le courant pour devenir un dragon et s’élever vers le ciel. Symbole de persévérance, très à-propos.

Mais le voyage déçoit un peu nos deux voyageurs habitués à cette folle spontanéité qui leur est chère. Oui, ce pays laisse peu de place à l’improvisation (quoique…). Il force à l’organisation, à la patience, à l’attente.

Une certaine amertume, douce-amère, se fait sentir : ils sont venus chercher un printemps guérisseur – tout en sachant qu’on trimballe nos soucis avec nous, mais c’est une autre idée de celui-ci qu’ils ont trouvée.
Ce pays ne guérit pas, il enseigne. Il enseigne l’acceptation. Il force à regarder ce que nous sommes, et nous sommes en vie. Et c’est sûrement pour cela, sans peut-être mettre un mot ou une idée dessus, qu’ils ont fait ce voyage.

Les images sont tirées de leur site. Plus d’images, de textes, de carnets : https://www.reno-marca.com