Le Zen des Samouraïs, mystères de la sagesse immobile et autres textes

Le Zen des Samouraïs, mystères de la sagesse immobile et autres textes

13 novembre 2016 0 Par Mélanie

Auteur : Maître Takuan 沢庵 宗彭
Traduction :  Masumi et Maryse Shibata
Titre original : –
Éditeur : Albin Michel
Parution japonaise : –
Parution française : 3 Novembre 2016
ISBN : 978-2-22632657-7
Prix : 7.20 €

Lire un extrait sur le site de l’éditeur.

La quatrième :

L’influence du bouddhisme zen sur l’éthique des samouraïs ou bushido et, par là, sur les arts martiaux, constitue un trésor spirituel reconnu, notamment à travers le célèbre Traité des Cinq Roues de Myamoto Musashi. Les textes réunis ici, Mystères de la sagesse immobile, Contes nocturnes de la mer Est et Limpidité sont trois classiques qui enseignent à chacun comment mener une vie droite et honorable à la lumière du Zen et du bushido. Leur auteur, maître Takuan (1573-1645), conseiller spirituel du troisième shôgun des Tokugawa, comptait parmi ses disciples un empereur du Japon, plusieurs daimyo (princes ou grands seigneurs) et de nombreux maîtres du kenjutsu, l’art martial du sabre. La légende veut qu’il ait également été le maître de Myamoto Musashi… Traduits par Maryse et Masumi Shibata, ces textes sont accompagnés de portraits de samouraïs et d’extraits de chroniques historiques qui permettent de mieux saisir l’esprit de cette période.

Ce volume a précédemment paru sous le titre Mystères de la sagesse immobile (1987).
Mon avis :

C’est une biographie d’une quinzaine de pages qui nous accueille, puis les trois livres Mystères de la sagesse immobile, Contes nocturnes de la mer Est, Limpidité. Ils sont suivi d’un épilogue qui permet de les remettre en contexte et d’explorer plus en profondeur les liens entre zen et arts martiaux.

Il pourra être difficile d’accès au néophyte. D’une part, le style peut être parfois déroutant et un peu lourd pour qui n’a pas l’habitude du genre. D’autre part, il joue très vite avec nos concepts occidentaux, les retourne, les tord et leur redonne une place différente. Mais sans connaître un minimum les bases du zen et du bouddhisme, les écrits de Takuan n’auront pas le même impact ; il faudra y retourner. D’ailleurs, il est nécessaire, je crois, de retourner sur l’étude des textes en plus de pratiquer.

Malgré la difficulté qu’il peut opposer à première approche, c’est un ouvrage très didactique et accompagné de nombreux exemples et mises en situation, tout dans l’esprit du samurai -on y trouve des exemples autour de l’escrime, mais il s’applique sans souci à quiconque lit. Le style reste relativement fluide et amène à méditer les thèmes abordés, très classiques : perceptions, esprit, matériel et immatériel, la vie et les règles d’une bonne vie… L’exemple est la méthode et il est un complément quasi parfait au Hagakure.

Le livre est clôt  par un épilogue, Samourais, zen et arts martiaux, qui permet de mieux comprendre les trois Livres, et le contexte de leur écriture, les personnages importants (shoguns et autres militaires). Il se termine d’ailleurs par un passage que les aikidoka connaissent sans doute déjà, l’éveil de maître Ueshiba Morihira, le fondateur de la discipline.

En plus du bushido et du Traité des Cinq Roues, il est un indispensable au curieux qui s’éveille au zen et au pratiquant du zen, ainsi qu’à celui ou celle qui pratiquera les arts martiaux.