Fukami. Une plongée dans l’esthétique japonaise

Fukami. Une plongée dans l’esthétique japonaise

4 août 2019 0 Par Mélanie

Auteur : Collectif
Traduction : non connu
Titre original : 深み Fukami
Éditeur : Flammarion / The Japan Foundation
Parution française : 24 avril 2019
ISBN : 9782081479166
Prix : 29€
La quatrième :
Tradition et modernité, flou et forme, éphémère et éternité, l’esthétique japonaise est l’art de la coexistence des opposés.

À l’occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon, l’exposition « Fukami, une plongée dans l’esthétique japonaise » a dévoilé, dans l’écrin de l’hôtel Salomon de Rothschild à Paris, une conception inédite du sens de la beauté dans l’empire du Soleil-Levant. Par le dialogue entre œuvres anciennes et créations contemporaines, cet événement a ainsi permis de penser 5 000 ans d’esthétique japonaise sous une perspective nouvelle. Des fondements de la pensée artistique nipponne aux inspirations contemporaines de stylistes et vidéastes, « Fukami » enchante et interroge, surprend et émerveille, dans un dialogue permanent entre les œuvres et les époques.

Mon avis :

Cet ouvrage est publié en parallèle de l’exposition du même nom à l’hotel Salomon de Rothschild à Paris, événement qui fait partie de Japonismes 2018. 5000 ans d’histoire y étaient exposés afin de permettre au spectateur de s’initier au goût et à l’esthétique japonais, dépassant autant que possible les clichés éculés des magazines.

Grand, de papier agréable, couverture épaisse et nom en relief creux, ce beau livre promet de belles découvertes.

L’ouverture se fait sur plusieurs pages de photos de détails de divers éléments : textiles, poteries, parfois aux semblants abstraits, comme une délicate mise en bouche. Ici, c’est le croisement et le dialogue que les œuvres de l’exposition ont entre elles qui sera mis en valeur et analysé, afin de permettre au lecteur d’avoir une expérience proche de celle du visiteur. L’exposition amenait d’ailleurs celui-ci à s’immerger, à interagir avec les œuvres, comme vous pourrez le voir ici.

Animisme, disparition et zen contemporain, transformation et changements, nature, l’introduction d’Hasegawa Yuko, la commissaire de l’exposition, permet de saisir la globalité des concepts avant de plonger à corps perdu dans la lecture. Son discours s’adresse à des amateurs déjà un peu éclairés, mais ne faites pas un blocage dessus. C’est extrêmement instructif : vous aurez non seulement connaissance des concepts-clefs, mais aussi des références supplémentaires que vous pourrez explorer de votre côté. Par ailleurs, plusieurs essais en fin d’ouvrage vous permettront d’affiner votre perception de la pensée et de la culture japonaises.

Ensuite, on entre dans le vif des sujets. Chaque thème fait l’objet d’un article dédié qui permet de développer un des concepts évoqués par Hasegawa-san, une profondeur, un niveau de lecture s’ouvre chapitre après chapitre, formant à la fin un tout holistique.

Les œuvres font l’objet de photos superbes, avec parfois un gros plan sur des détails, et toujours un encadré qui présente l’artiste. Les thèmes développés suivent strictement ceux de l’exposition :

1. Prologue — Dualité d’échos
2. Exprimer les origines de la vie — déconstruction et transmission de l’animisme
3. L’alchimie — transformer la matière, transformer la perception
4. Esthétique de la disparition — Minimalisme
5. Vers le Sud- Les périphéries, réactiver la creation
6. Représentation du désastre et de la crise — les médias vers une nouvelle existence
7. Renaissance répétée, Renaissance de l’intangible
8. Paysage subjectif — philosophie de la légèreté
9. Hybridation — Coexistance
10. Epilogue — Transformation

Poteries, sculptures, laques, peintures, estampes, robots, œuvres éphémères et évolutives, les artistes de toutes périodes et styles ici présentés utilisent une variété de médium parfois surprenants (bulles de savon, ardoises…).

On redécouvre Hokusai, Picasso et Jakuchū, on découvre Dokkyaku, Lee Ufan, Justine Emard ou encore Kohei Nawa. Chaque page invite à laisser un moment de côté le livre pour chercher les autres créations de chacun, et/ou invitent à la réflexion et à déplacer notre regard pour sonder les profondeurs de l’âme japonaise.

L’amateur d’art y trouvera son content, le néophyte pourra être perdu dans certains exposés au vocabulaire et aux références érudits. Si c’est votre cas, n’abandonnez pas, car ils sont moins obscurs qu’en apparence, et ce serait vous fermer à de belles œuvres et à une pensée, une approche du monde passionnantes.

A la fin, vous trouverez en bonus un code QR afin d’accéder à un documentaire, (que je n’ai pas encore testé).